Échange téléphonique du 22 juillet 2015 avec le conseil régional

Point échange téléphonique le 22/07/15,
avec Béatrice Beaufils du Conseil Régional Rhône Alpes

Principaux points abordés / mentionnés concernant le financement régional :

Au démarrage des monnaies locales, le besoin en financement s’échelonnent entre 20.000 et 50.000 euros. Aujourd’hui on est environ à 50% de la Région mais à la prochaine mandature, rien n’est acquis quand au maintien de cette subvention. Pour les financements sur la présente mandature, il est trop tard pour déposer un dossier d’autant que l’on ne remplirait pas les conditions préalables demandées par la Région :

  • Engagement financier de la collectivité de référence (attesté par ses services).
    La notion de « référence » est, pour la Région, relative au rapport de proportionnalité de l’importance de la collectivité sur le territoire de la monnaie. Autant dire que pour nous, il s’agit de la commune d’Annecy.
  • Réseau suffisant de consommateurs et de prestataires (à préciser).
  • Modèle économique retenu.
    Le modèle économique pour démontrer qu’après X années (ex : 3 ou 5 ans) la monnaie est viable presque sans subventions (ex récent d’une MLC qui affiche 70% de financement privé à 5 ans dans son montage). Il ne faut pas oublier de prévoir par exemple une demande de contribution des commerçants, etc.

Recommandations autres concernant le montage du projet :

Se « former »

  • avec les MLC voisines :
    À Chambéry, la Région a donné un financement pour une « capitalisation de la mise en œuvre des Elefs visant à permettre l’accompagnement d’autres territoires ». Il s’agit pour les Elefs de construire, sur un financement de la Région, une boite à outils.
  • avec les réseaux des SOL / MLC ou des consultants,
    o payés par la mairie dans certains cas (ex : Toulouse, ….)
    o avec des financements régionaux (ex : Grenoble demande au CRRA)
    o …

Anticiper une cause d’affaiblissement des monnaies locales :

Le développement du réseau : beaucoup de monnaies locales s’affaiblissent car elles n’ont pas prévu, dans un deuxième temps, l’usage comme monnaie inter-entreprise qui permet la diversification des prestataires et une meilleure circulation de la monnaie.

Prévoir rapidement :

  • Tisser des liens avec les Unions de Commerçants, les CCI, les Club d’Entreprises, auprès desquelles il faut développer un autre message : « la monnaie locale, opportunité d’afficher leurs bonnes pratiques dans un réseau, de plus recueillir de consommateurs de proximité,
  • Contacter le CDDRA … ou les EPCI qui en font partie.. lâ aussi avec déjà dans son panier, le nom d’entreprises, de partenaires déjà intéressés pour ne pas avoir l’air d’un petit poucet. Il y a alors plusieurs entrées par rapport à plusieurs types de lignes de financements (territoire, économie, DD et environnement, EESS)
  • Tisser / formaliser des liens avec les acteurs de la EESS (mutuelles, associations, …)

Modèle économique : à travailler très sérieusement ! Comment on anticipe le bouclage financier à 5 ans ?

  • Écrire le modèle économique (perspectives sur 5 ans) et les besoins en financement.
  • Une forme de co-financement à ne pas oublier : faire entrer les collectivités dans le réseau de la monnaie comme adhérent (ex : à romans, le service dd a donné de la monnaie locale à un gagnant de concours éco-geste, cf aussi Arc CIvis), en plus de leur possible entrée comme prestataires (ex : l’utilisateur peut payer sa cotisation à la bibliothèque en mlc, …)

Corinne Blanchet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.